Achtung! / Attention!

Diese Webseiten sind technisch und zum Teil auch inhaltlich veraltet; sie werden nicht mehr aktiv gepflegt. Ihr Inhalt wurde weitgehend in das aktuelle Webangebot GenWiki überführt, diese Migration konnte aber noch nicht abgeschlossen werden.

These pages are outdated, they aren't administered any longer. Most content was migrated to GenWiki, but the process isn't finished yet.


Noms de famille Suisses (Index)


Famille Marti ou Marty

Patronyme des cantons d’Argovie, Berne, Fribourg, Glaris, Grisons, Schwyz, Uri, Valais et Zurich. Ces familles comptent aujourd’hui plus de 150 communes d’origine différentes pour les Marti - dont une quarantaine uniquement pour le canton de Berne - et plus de 50 pour les Marty, qui peuvent en outre résulter d’une modification orthographique du premier.

A. Canton d’Argovie. Famille notable de Zofingue, aujourd’hui éteinte, dont les plus anciennes données remontent au début du XIVe siècle.

Les archives de ce canton mentionnent Hans Marti, souvent témoin et membre du tribunal de 1383 à 1391 ; décédé avant 1407. Burkhard Marti, son fils, est cité comme chanoine de Zofingue, gardien et prévôt de 1408 à 1482. Cunrat Marti, frère du précédent, est maître-queux et intendant de la duchesse Katharina d’Autriche ; il est également son premier représentant en Alsace et au Sundgau en 1406 ; il reçoit en fief, en 1408, le château de Rosenfels, détruit par un incendie, pour le faire reconstruire ; il décède en 1426. Hermann Marti, frère des deux précédents, est bourgeois de Laufenbourg (Fricktal, Argovie) en 1411 et avoyer de Zofingue de 1426 à 1437 ; il décède en 1447. Johannes Marti est chanoine et prévôt du chapitre de Zofingue de 1453 à 1463. Hans Marti, fils d’Hermannn et petit-fils de Hans, est avoyer de Zofingue de 1432 à 1472, avoué du couvent des Clarisses de Zofingue ; il décède entre 1477 et 1478. La famille s’éteint à Zofingue en 1619.

B. Canton de Berne. Deux familles Marti, originaires de la ville de Berne, sont aujourd’hui également éteintes. A l’une d’elles se rattache Peter Marti, mentionné comme bourgeois en 1361. Les membres de la seconde occupent des charges de bailli et d’avoyer aux XVIe et XVIIe siècles.

De très nombreuses familles Marti sont depuis fort longtemps dans les bourgeoisies de diverses localités des districts bernois d’Aarberg, Aarwangen, Biel (Bienne), Büren, Burgdorf (Berthoud), Fraubrunnen, Schwarzenburg, Seftigen, Signau, Trachselwald, Thun, Wangen et du Simmental. Heinz Marti est mentionné à Erlach (Cerlier) en 1362. Il convient également de citer Ulrich Marti (1659-1707), maître d’école à Bannwil et auteur d’une chronique de cette commune. Eduard Marti (1829-1896), de Rapperwil, avocat à Bienne (1856-1871), député au Grand Conseil (1866-1873) et à la Constituante (1866), conseiller national (1866-1878), directeur des chemins de fer du Jura (1871) puis du Jura-Berne-Lucerne et du Jura-Simplon (jusqu’en 1892), conseiller d’Etat (1892) et chef du parti radical du canton de Berne. Karl Marti (1855-1925), théologien, pasteur à Buus (1878-1885) puis à Muttenz (1885-1895), privat-docent (1881), professeur extraordinaire à l’Université de Bâle (1894) et professeur ordinaire à l’Université de Berne 1895-1925). Emil Marti (1857-1907), frère du précédent, colonel, directeur de la Banque cantonale de Liestal (1903), puis du siège de Berne de la Banque nationale suisse. Adolf Marti (1864-1899), dessinateur, frère des deux précédents ; Ernst Marti, né en 1871 à Gurzelen, pasteur et écrivain à Grossaffoltern (1894); Karl Marti (1855-1925), professeur de théologie ; Hugo Marti, fils d’Emil cité plus haut, Dr en philosophie, rédacteur du Bund dès 1921 ; Kurt Marti, pasteur et humaniste, né à Berne en 1921. Enfin n’oublions pas Anton Marty (1847-1914), bourgeois de Berne et professeur de philosophie en cette ville.

La famille Marti du Hasliberg, près de Meiringen, est citée pour la première fois dans cette localité en 1296. Elle est la souche d’un rameau bourgeois de Gessenay depuis 1920, dont un membre, Robert Marti, fut instituteur dans cette localité et auteur de divers travaux sur l’histoire locale.

C. Canton de Fribourg. Les familles Marti et Marty sont actuellement ressortissantes des communes de Cerniat, Dirlaret, Plasselb, Saint-Sylvestre et Tinterin. Des familles de ce nom furent successivement reçues dans la bourgeoisie de Fribourg en 1481, 1582, 1584, 1597, 1608, 1681,1712. Fridli Marti, tanneur originaire de Bâle, fut membre du Conseil des Deux-Cents (1487-1499). Son fils, également nommé Fridli Marti, fut membre du Conseil des Soixante (1501), percepteur des cens (1503), grand sautier (1508), membre du Petit Conseil (1511), recteur de l’hôpital de Notre-Dame (1512-1518) et de la léproserie de Bourguillon (1518) ; ami de Berthelier et des Genevois, il fut le principal agent de la combourgeoisie (1519). Hans Marti, fut membre du Conseil des Soixante (1538), bailli de Surpierre (1541), recteur de la Grande Confré-rie (1554) et du Petit Conseil (1557-1584), puis banneret de la Neuveville (1557-1560 et 1563-1566).

D. Canton de Glaris. Ancienne famille répandue dans les communes de Glaris, Engi, Matt et Bilten, venue de Schwyz en 1388 selon une ancienne tradition, mentionnée pour la première fois en 1525. Citons Rudolf Marti (+1595), bailli de Werdenberg ; Sebastian Marti (+1635), banneret ; Melchior Marti, son frère, bailli du Gaster (1590), de Baden (1597-1598 et 1614-1615), député à Paris (1602 et 1622) ; Fridolin Marti, bailli du Freiamt (1673) ; Jakob Marti (+1675), de Glaris, banneret et landammann (1651-1654) ; Hans-Melchior Marti (1633-1679), fils du précédent, bailli de Werdenberg (1673), major-général en France ; Johannes Marti (1655-1702), pasteur à Glaris ; Johannes Marti (1678-1743), trésorier, bailli de Werdenberg (1727-1730) ; Johann-Heinrich Marti (1684-1748), de Glaris, bailli du Rheintal (1710), du Freiamt (1729) et landammann (1731-1734) ; Bartholomeo Marti (1709-1762), bailli du Rheintal (1759) ; Bartholomé Marty (1715-1786), de Glaris, bailli du Rheintal (1742) et landammann (1761-1764) ; Kaspar Marti (1719-1769), de Glaris, un des plus célèbres médecins de son temps ; Paravicini Marti (1720-1780), colonel, tombé en Hollande ; Johannes Marti (1726-1806) colonel en Hollande ; David Marti (1726-1808), bailli du Freiamt (1770) ; Johann-Heinrich Marti (1715-1760), bailli du Rheintal (1760) ; Johannes Marti (1745-1819), médecin célèbre, il fut le premier à vacciner contre la petite vérole ; Johann-Rudolf Marti (1765-1824), négociant à Riga, institua le fonds cantonal Marti en faveur de buts éducatifs ; Johann-Rudolf Marti (1829-1909), chimiste et conseiller d’Etat ; Adam Marti (*1857), professeur et bibliothécaire cantonal à Trogen.

E. Canton des Grisons. Ambrosius Marti, est cité comme bourguemestre de Coire en 1552, délégué des III Ligues grises auprès de l’Empereur Ferdinand de Habsbourg et Simon Marti comme podestat de Traona (1705).

F. Canton de Schwyz. Cette vieille famille bourgeoise de Schwyz ne s’est vraiment manifestée que vers le milieu du XVIIIe siècle avec par une série de personnalités politiques ou religieuses. Johann-Balthasar Marty, bailli du pays de Gaster (1748, 1752, 1756), puis d’Uznach (1770) ; Josef-Dominik Marty (1730-1798), conseiller (1778), juge au tribunal des Sept (1791) ; Franz-Anton Marty (+1828), à Ibach, juge au tribunal des Sept (1803), conseiller (1814) et juge cantonal (1820) ; Balthasar Marty (+1844), conseiller (1802), puis député au Grand Conseil (1833) ; Aloïs Marty (1803-1850), membre du triple Conseil de district (1842), initiateur du tissage de la soie à Schwyz ; Aloïs-Karl Marty (1834-1896), en religion P. Martin, bénédictin, prêtre, professeur de rhétorique, prieur puis premier abbé (1870) du couvent de Saint-Meinrad à Indiana, aux Etats-Unis, missionnaire chez les Indiens du Dakota (1876), vicaire apostolique des Sioux et premier évêque du diocèse de Sioux Falls à Jankton (1889-1894), évêque de Saint-Cloud, au Minnesota (1894); son frère Johann Marty (1840-1901), également prêtre et professeur, directeur du séminaire pour instituteurs (1870-1885) et inspecteur scolaire, rendit de grands services à l’école schwyzoise dont il remania en partie les manuels, chapelain de la garde suisse à Rome (1888), camérier intime du pape, il publia des écrits pédagogiques et une Schweizergeschichte (1880) ; Anton Marty (1847-1914), frère des deux précédents, Dr en philosophie, professeur à Schwyz (1869-1874), professeur extraordinaire à Czernowitz (1875-1880), ordinaire à Prague (1880-1913) ; Martin Marty (1850-1916), frère des trois précédents, prêtre (1877), professeur à Disentis puis à Lucerne (1877-1880), inspecteur scolaire à Schwyz (1898-1911) curé de Schwyz (1911), chanoine de Coire (1916).

G. Canton d’Uri. Marty, Marti, Martin, cette famille portait primitivement le patronyme de Koler et était originaire du district Schwyzois de la Marche ; bourgeoise d’Aldorf et de Bürglen dès le milieu du XVe siècle.

H. Canton du Valais. La famille Marty (Martini : 1387) est celle du dizain de Loèche, surtout répandue à Guttet, Inden et Varone.

I. Canton de Zurich. La famille Marti (en latin Martini), mentionnée dès 1297, est aujourd’hui éteinte. Wilhelm Marti (1297-1333), membre du Conseil des bourgeois, est souvent cité dans les actes ; Nikolaus Marti (+1320), chanoine de la prévôté de Zurich (1296-1303) ; sa sœur Guota était au béguinage de Constance (1304) dont elle devint prieure (1319) ; Heinrich Marti (+1355) reçut en 1325 du pape Jean XXII l’expectative d’un canonicat à Zurich ; Konrad Marti, lieutenant (bailli) du prévôt de Zurich, le comte Kraft von Toggenburg, pour les choses temporelles (1334) ; Werner Marti, chevalier de Saint-Jean, lieutenant à Bibikon (1468).

J. Divers. Arnold Marti (1853-1900), médecin, politicien conservateur à Soleure ; Frédéric Marti (1891-1983), ingénieur à la Chaux-de-Fonds (canton de Neuchâtel) ; Hugo Marti (1893-1937), poète et écrivain (canton de Bâle-Campagne) ; Robert Marti-Wehren (1885-1970), ensei-gnant, historien et généalogiste de Saanen (canton de Berne) ; Walter Marti, cinéaste ; Peter Marti, professeur (Swiss Federal Institute of Technology) ; Werner Marti, « Monsieur Prix » de la Confédération suisse.

Etymologie:
Le patronyme Marti ou Marty vient de Saint-Martin (316-397), évêque de Tours en 371, connu pour avoir partagé son manteau avec un pauvre rencontré au bord du chemin ; il évangélisa la Gaule.

Martin, du latin Martinus, d’après le nom du dieu Mars, est à l’origine de nombreux patronymes, parmi lesquels ceux de Martini, Marti et Marty.


Armoiries:
Il existe de très nombreuses variantes des armoiries Marti/Marty dont une bonne douzaine pour Berne et son canton. Nous nous contenterons toutefois de reproduire et de blasonner les armoiries de la famille glaronnaise, ceci jusqu’à plus ample informé.

Marti, Marty, de Glaris :
D’or à la martre saillante de sable, sur un mont de trois coupeaux de sinople en pointe [ARGL].


Bibliographie et sources :
MARTY FAMILY NEWSLETTER
SWITZERLAND QUERY FORUM
REGISTER OF SWISS SURNAMES
BIBLIOGRAPHY OF SWISS GENEALOGIES
DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET BIOGRAPHIQUE DE LA SUISSE
TRESORS DES NOMS DE FAMILLES
LE LIVRE DES PRENOMS SELON LE NOUVEAU CALENDRIER
DEUTSCHES NAMENLEXIKON
EMMENTALER GESCHLECHTER- UND WAPPENBUCH
WAPPENBUCH DES LANDES GLARUS
STAMMLINIEN DER PFARR-FAMILIEN MARTI (MARTY) VON GLARUS
Meilen 1963 - 124 p. - arbre généalogique (Landesbibliothek Glarus)
SCHWEIZERISCHE LANDESBIBLIOTHEK - BERN
HERALDICA HELVETICA


Copyright © - RSR et Eric Nusslé - 1999/2000

du lundi au vendredi de 13h00 à 14h00
Avec Frank Musy, Jean-Marc Richard
et l'aimable collaboration d'
Eric Nusslé, généalogiste et héraldiste