Achtung! / Attention!

Diese Webseiten sind technisch und zum Teil auch inhaltlich veraltet; sie werden nicht mehr aktiv gepflegt. Ihr Inhalt wurde weitgehend in das aktuelle Webangebot GenWiki überführt, diese Migration konnte aber noch nicht abgeschlossen werden.

These pages are outdated, they aren't administered any longer. Most content was migrated to GenWiki, but the process isn't finished yet.


Noms de famille Suisses (Index)


Famille Cretton

Familles valaisannes de Trient et de Bagnes, où elle est mentionnée à Montagnier dès le XVe siècle. Collet dou Creston et sa femme Alice fondent deux messes à la chapelle de Saint-Etienne en 1456 ; la même année, Rolet dou Creston est témoin au legs de Jacques Ruffi pur cette chapelle. Aux XVIe et au XVIIe siècles, les dou Creston, puis Cretton sont une des familles les plus influentes de Montagnier. Marc Cretton, de Montagnier, vend un champ à la même chapelle en 1638, et Antoine, du même lieu, fonde des messes à l'église de Bagnes en 1683. La famille de Jeurs (Trient) est connue dès le début du XVIe siècle, d'abord sous le nom d'Allaman alias Cretton ou vice-versa ; l'ancien nom (Allamand, Alamand) paraît aux Jeurs dès le XIVe siècle et jusqu'en 1679.

Les Cretton ont donné plusieurs notaires et magistrats parmi lesquels il convient de citer Michel, du Cernieux, syndic en 1702 ; Etienne, juré et syndic en 1715; Jacques-Joseph, officier au service de Naples en 1824; Joseph-Antoine (1790-1869), notaire, châtelain de La Croix, député au Rand Conseil de 1847 à 1865 ; Joseph-Maurice-Antoine (1819-1871), avocat, juge de Martigny-Croix en 1843, préfet du district de 1847 à 1850, conseiller d'Etat de 1850 à 1853, conseiller national de 1863 à sa mort en 1871.

Etymologie :
Allaman alias Cretton ou Cretton alias Allaman : indiquerait peut-être une descendance des Teutonici , cités à Vallorcine dès 1264, et dont descendraient également les Berguerand.
Cretton : le Cretton, lieu dit de la commune de Trient.

Armoiries :
I : D’azur à un peuplier de sinople futé au naturel mouvant d'un mont de trois coupeaux de sinople et cantonné de deux étoiles d'or en chef (portraits de Delphine Morand-Cretton et d'Eulalie Tavernier Cretton, fille du châtelain Joseph-Antoine Cretton, 1830 env.).
II : Parti, au I d’argent à une étoile de gueules entre deux fasces de sinople ; au II d'argent à un lion dressé de gueules posé sur un mont de trois coupeaux de sinople en pointe, brochant sur la partition (Portrait de Jacques-Joseph Cretton, officier, 1824).

Divers :
On trouve des homonymes aux Etats-Unis et des homophones Cretton et Creton en France, dans le Val d'Oise.

Bibliographie et sources :
Répertoire des noms de famille suisses - Schulthess, Zurich 1989
Dictionnaire historique et biographique de la Suisse - Attinger, Neuchâtel 1924
Dictionnaire Historique de La Suisse, en préparation
Nouvel Armorial valaisan - Editions du Scex, Saint-Maurice, 1974
LE MATIN : Gens d'ici et d'ailleurs - Charles Montandon
Internet et Archives BRG


Copyright © - RSR et Eric Nusslé - 1999/2000

du lundi au vendredi de 13h00 à 14h00
Avec Frank Musy, Jean-Marc Richard
et l'aimable collaboration d'
Eric Nusslé, généalogiste et héraldiste